Jérôme Rothen : « Je trouve qu’il a perdu l’humilité qu’il avait pu avoir, l’ami Jocelyn »

Jocelyn Gourvennec

 

Jérôme Rothen, en parlant des Girondins de Bordeaux, a vraisemblablement décelé chez Jocelyn Gourvennec un manque d’humilité, et selon lui l’entraîneur bordelais aurait changé.  « Gourvennec se plaint que l’on ne parle pas assez de Bordeaux en bien. Alors que je n’ai pas vraiment l’impression que l’on efface Bordeaux, au contraire. En étant passionné de foot depuis de nombreuses années, c’est vrai que Bordeaux a une place forte dans le championnat de France et que je n’ai qu’une envie, c’est de revoir Bordeaux en haut du tableau. Mais bon, il faut y aller mollo. Quand je vois qu’il se plaint avec et après ce match de Paris, j’ai l’impression qu’il a tendance à s’enflammer notre ami Jocelyn. A travers ses déclarations et à travers ce qu’il dégage sur le banc, je trouve qu’il a perdu l’humilité qu’il avait pu avoir. Je l’ai connu quand il était à Guingamp parce que j’étais à Bastia à ce moment-là et que l’on a joué l’un contre l’autre. Il a fait des choses extraordinaires depuis son début de carrière d’entraîneur. Il faut le reconnaître, partir d’un petit club de DH puis arriver à Guingamp, faire monter de National à Ligue 1, de structurer ce club pour qu’il reste en Ligue 1, d’arriver à Bordeaux dans une période compliquée là-bas, et faire une première année correcte ensuite…. Cette année, ça repart avec un gros couac en Europa League, et ça on en reparle pas assez mais quand tu perds contre Videoton, ça laisse un goût amer. Surtout que tu t’es battu toute l’année pour faire l’Europa League. Il aurait déjà du redescendre d’un cran à ce moment-là. Alors voilà, il continue. C’est sûr que les résultats lui donnent raison, avant ce match de Paris il était invaincu. Mais bon, il faut voir les adversaires et le contenu des matches. Sur tous leurs matches, il y a eu un gros match de Bordeaux vraiment, c’est celui de Guingamp où ils ont été bons à domicile même s’ils se font secouer en début de match, avec un penalty pour Guingamp, ça tourne bien, et à 1-1 ils marquent un deuxième but. Malcom fait des différences, Costil fait un gros début de saison. Quand ton gardien fait un gros début de saison comme ça, c’est qu’il y a aussi des manques, et c’est aussi que ton équipe se cherche par moment. Mis à part le PSG et Lyon, ils n’ont pas vraiment eu d’adversaires. Mais rappelez vous à Lyon, c’est 3-3 avec des buts à la 88ème et la 91ème, ils reviennent de je ne sais où. Surtout que Lyon est réduit à dix au bout d’une demi-heure de jeu. Il faut relativiser ce résultat. A Paris, il vient avec la certitude qu’il va mettre son jeu en place donc il ne change pas d’équipe. A quoi sert un entraîneur alors sur ce genre de situation ? Tu joues contre Guingamp à domicile avec un système très offensif. Tu viens à Paris avec les mêmes joueurs et le même système. On peut tous être entraîneur dans ces cas là. Tu remets la même équipe qui gagne à Paris. C’est le niveau Champions League et c’est au-dessus que toutes les équipes en Ligue 1. Cette attitude-là à Paris, c’est qu’il est un petit peu dans ses nuages. Il prend 6-2 en pleine face, et ce n’est pas bien pour les joueurs car ce n’est jamais facile d’en prendre autant d’un seul coup. Son attitude en fin de match à cinq minutes de la fin, en venant serrer la main d’Emery alors que le match n’était même pas terminé, je trouve qu’il a changé et pas vraiment du bon coté pour l’instant. J’espère qu’il va redescendre d’un cran. Je suis peut-être sévère avec lui mais c’est ce que je pense ».

 

RMC

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des