Gaëtan Huard : « C’est une erreur de jeunesse, d’amour, je ne lui en veux pas »

Malcom-Neymar

Photo L’Equipe – Stéphane Mantay

 

Gaëtan Huard a forcément réagi à la petite « polémique » du selfie de Malcom avec Neymar, après ce 6-2 encaissé au Parc des Princes. Voici la pensée du consultant sur les ondes de GoldFM« Je vais être très franc sur ça. Quand tu es gardien, en plus, tu as une autre vision… Quand tu en prends six, s’il y en a un qui ne devait pas être content, c’est Benoit Costil… Quand tu en prends six, ça te marque quand tu es gardien parce que tu n’en prends pas tout le temps six dans ta carrière… Je prends le cas Malcom vraiment à part parce que c’est un garçon adorable, il n’a que 20 ans, et il faut regarder ça en premier lieu. Il n’aurait peut-être jamais pensé côtoyer son idole, l’affronter, être performant comme il est dans le championnat… Je comprends que ça ne se fasse pas, comme de se faire la bise avant les matches, tout ça… Sur des matches comme ça, il y a des comportements qui sont importants en avant-match, et encore plus en après match quand tu as pris une gifle. Moi, je pense que c’est une erreur de jeunesse de la part de Malcom. Ça lui servira d’expérience. Mais je n’en veux pas à ce garçon parce que c’est le meilleur joueur depuis le début de saison pour le club. Il a joué contre son idole, je pense qu’il ne s’est pas rendu compte de ce qu’il a fait. Forcément, tous les médias l’ont vu, l’ont souligné… […] On est dans un monde médiatique qui montre tout, et surtout ce qui peut déranger. Quand tu mets le gros plan de Trapp quand Areola réussit ou rate quelque chose… Malcom, je mets ça sous le coup de la jeunesse, son amour du football… D’être au Parc des Princes, face à Paris, voir son idole jouer, jouer contre lui… Je crois qu’il a été pris dans quelque chose d’infantile. Il a été complètement absorbé par ça. Moi, je ne lui en veux pas. Les anciens de l’équipe ont peut-être dû aller le voir pour lui dire ‘Malcom, c’est gentil, mais on vient d’en prendre six’. Je pense que ça aurait pu être fait plus dans la discrétion. Par exemple, dans le vestiaire du PSG, la porte n’aurait pas été fermée après le match… Là, c’est vrai qu’on a presque vu un tour d’honneur avec Neymar… Mais je le mets sous le coup de la jeunesse, de son amour pour Neymar, ce que représente le foot dans son pays… Sincèrement, je ne l’accable pas du tout. C’est une erreur de jeunesse, d’amour. C’est comme à l’époque quand on jouait contre Platini… C’était notre idole. Ce que je n’accepte pas, c’est quand tu en prends six et que tu perds, que tout le monde rigole, que dans le bus on s’entend rire… ».

 

Une autre époque, oui, et donc certainement un autre point de vue aussi. « J’ai connu, avec des obligations de résultats et notamment à Marseille, des tauliers… Tu ne rigolais pas si tu avais fait match nul ou si tu avais perdu. Tu t’écrasais, il n’y avait pas une ouche qui volait, pas un mot qui sortait ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des