Denis Granjou : « Ça met fin à plusieurs années de disette et de grosses roustes là-bas »

Denis Granjou

Denis Granjou

Denis Granjou s’est exprimé sur le match entre Toulouse et Bordeaux. Un match qui aurait pu prendre une toute autre tournure pour le journaliste si le gardien BenoÎt Costil n’avait pas été irréprochable. « Heureusement que l’on a un grand Benoît Costil. Les Bordelais étaient prévenus que ça allait être un combat. Là, dès le début ils sont affolés. Après vingt secondes, les toulousains multiplient les actions et les occasions. Ils ne sont pas en capacité de réagir. S’il n’y a pas un super, méga, giga Costil, tu peux avoir 2-0 à la mi-temps. C’est juste pour dire que l’on aurait pu se faire exploser en première mi-temps en l’espace de dix minutes. Ce qui s’est souvent produit à Toulouse et c’est bien d’avoir gagné car ça met fin à plusieurs années de disette et de grosses roustes là-bas. Mais il ne faut pas oublier que ça a été… On est passé à ça […] Ce qui a été intéressant dans ce match, sans faire la psychologie de bazar, c’est que ça a été un peu un match fondateur pour deux choses. Première chose, pour le positionnement de Benoît Costil. Qui n’était pas mis en doute car jusque-là il n’avait entre guillemets pas de chance parce qu’il a pris des buts où il ne pouvait quasiment rien faire. Là, il a prouvé pourquoi il était là. La deuxième chose, c’est la confirmation que Malcom le cerveau, la pièce maîtresse, le roi de cette équipe entre guillemets. Même s’il en a abusé et que parfois c’était trop, il était sur tous les ballons, derrière, devant, au milieu. C’est intéressant de voir ça car on a une confirmation de ce double impact. Si on a un grand Costil et un grand Malcom, c’est pas mal ».

 

GirondinsTV

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des