André Pénalva : « C’était des gosses naïfs, gentils, et là ils commencent à être un peu des ‘chiens' »

Laisser un commentaire