Stéphane Martin assure qu’il n’y a que des « premiers choix » dans ce recrutement estival

Otavio

Otavio

 

Les Girondins ont-ils recruté que des « premiers choix » lors de ce mercato ? Stéphane Martin fait un point complet sur tous les dossiers, pour GoldFM.

« Il y a eu un début de recrutement avec Benoit Costil et Lukas Lerager qui était totalement prévu. Lerager est suivi depuis six mois par la cellule de recrutement. D’ailleurs, entre parenthèses, bonne pioche de leur part car c’est un joueur qui était quand même assez significatif en Belgique mais qui n’était pas non plus complètement sous le feu des projecteurs. Je pense que c’est une vraie bonne trouvaille. Ensuite Youssouf Sabaly et Vukasin Jovanovic, très clairement, c’était une volonté très forte de l’ensemble du club de les faire signer. Pour Youssouf Sabaly, très sincèrement, on pensait que ça serait très compliqué compte tenu des tarifs évoqués. Ça a pu se faire, le joueur avait très envie de rester aux Girondins, il nous a beaucoup aidé, le PSG aussi a été très compréhensif. Sur ces deux dossiers-là, je pense qu’il n’y a pas de débat. Otávio, par rapport à ce qui a été évoqué… Il y a toujours des noms qui sortent, il y a du vrai, il y a du faux (Javi Garcia). C’est vrai qu’on a envisagé des solutions de prêt pour ce poste. Moi je pense et le staff technique aussi, qu’en termes d’engagement du club, de projet, ce n’est quand même pas pareil d’acheter un joueur qui vient du Brésil, qui fait sa première expérience en Europe, qui peut vraiment avoir la grinta pour prouver ce qu’il vaut, que de prendre un joueur en prêt même si effectivement parfois en prêt ça permet de prendre un C.V plus « élevé » parce que les coups ne sont pas les mêmes à C.V égal, on va dire. Pour moi, ce sont quand même des solutions qui ne sont pas idéales. On a préféré dans la mesure où là aussi il y avait une indication de la cellule de recrutement et de Charles Camporro au Brésil, qu’il y avait une vraie opportunité, un joueur très intéressant à un poste qui est stratégique et qui est en plus très historique aux Girondins… Dans les belles équipes des Girondins, il y avait un six emblématique. Donc là on nous a dit ‘attention, il y a un vrai 6…’. Là aussi c’est un premier choix. Jonathan Cafú, vous l’avez dit, on ne va pas nier que l’idée première c’était Wellington Silva. Mais là aussi, c’était un joueur qui était suivi car il y avait plusieurs profils suivis. Alexandre Mendy c’est un vrai choix du coach. C’est une opportunité de se dire que c’est un joueur qui n’a pas beaucoup joué à Guingamp. Pour resituer, Jocelyn l’avait fait venir à Guingamp l’été dernier et puis il est parti ensuite. C’est un joueur dans lequel il croit. Il a eu un début de carrière où il n’a pas beaucoup joué, on ne va pas se le cacher mais Jocelyn y croit beaucoup. Il a un gros potentiel. Il nous l’a dit depuis le début, « c’est quelqu’un avec qui j’ai voulu travailler il y a un an parce que je pense qu’on fera du bon boulot ensemble et qu’il va exploser’, donc on l’a suivi. C’est un coup à la Kamano un peu l’an dernier, même s’il est un peu plus vieux que Kamano. C’est dans cet ordre d’idée-là. Là aussi c’est pareil, c’est vraiment un choix de l’entraîneur. Et Nicolas de Préville, c’est un joueur que Jocelyn adore. On avait réfléchi très tôt mais ça paraissait un peu compliqué à faire et dans la dernière ligne droite, on a eu une rallonge de l’actionnaire pour entrer dans un dossier sur lequel on n’avait pas beaucoup d’illusions au début ».

 

GoldFM, retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des