Jocelyn Gourvennec revient une dernière fois sur le match de Lyon, et ce qu’il faut améliorer

Jocelyn Gourvennec

 

Jocelyn Gourvennec est revenu une dernière fois sur le match nul des Girondins de Bordeaux face à l’Olympique Lyonnais, samedi dernier (3-3).  « On a d’excellentes stats techniques sur le match, avec énormément de passes dans le dernier tiers, énormément, beaucoup de centres… On n’a pas été très en réussite là-dessus mais cela veut dire qu’on a fait défendre Lyon. Ils l’ont dit eux-mêmes, ils ont énormément couru et c’est peut-être ça qui a expliqué le fait qu’ils aient craqué à la fin. Il y a eu beaucoup de bonnes choses. Défensivement, on n’a donné qu’une seule situation aux lyonnais sur leur talent, c’est sur la superbe action de Traoré à 0-0. Et les fois où on a été mis hors de position, ce sont sur des erreurs bêtes, des ballons perdus dans des zones où on ne doit pas les perdre. La configuration du match a fait que c’était, notamment sur la deuxième partie de la deuxième mi-temps, quasiment un match de hand. On était chez eux sans arrêts, ils la ressortaient et ils avaient du mal à la garder, on ré-attaquait… Avec très peu d’espaces, c’est notre abnégation qui nous a permis de revenir. La configuration du match a fait que c’était spécial, à onze contre dix chez l’adversaire, mais il y a eu de la qualité de la part des Girondins ».

 

L’entraîneur bordelais demande cela dit, pour la suite du championnat, plus de rigueur. « Il faut qu’on limite les situations pour nos adversaires, ne pas offrir de possibilités de contre à nos adversaire, quand on a une touche dans les vingt derniers mètres, c’est ce qu’il s’est passé sur le premier et le deuxième but. Il faut qu’on soit encore plus attentifs sur les coups de pieds arrêtés défensifs… Toutes ces petites choses-là qui sont, entre guillemets, assez facilement gérables et réglables, il faut qu’on s’améliore. Après, l’animation défensive, la notion de bloc et de défendre ensemble, c’est plutôt bien et mieux. On a été mieux à Lyon que contre Metz encore. Et sur notre animation, offensive, les joueurs commencent à se trouver. On sait qu’on va certainement jouer une équipe de Troyes qui va nous attendre, comme elle a fait à Nice. Il faudra qu’on soit capable de manœuvrer et de jouer sûr ».

 

Tout comme la perte de balle haute face à Lyon qui amena un but. « C’est un problème de concentration et d’exigence. A partir du moment où nous avons le ballon très haut sur des phases arrêtées, là deux touches, on a forcément un bloc haut, y compris le gardien. Si l’on perd des ballons qui sont complètement improbables, dans ces zones improbables, que l’on ne peut pas anticiper tellement c’est du b-a-ba de faire une bonne passe plein axe, on se met en difficulté forcément. On recule ensuite. On ne prend pas des buts à chaque fois. Mais on y travaille, et c’est l’exigence que l’on demande chez les plus jeunes joueurs. Ce n’est pas que les jeunes joueurs qui font ce genre de bêtises mais il faut que l’on soit plus exigeant encore, et normalement avec l’expérience c’est mieux. Il ne faut pas que l’on se fasse piéger sur ce genre de choses, c’est évident ».

 

GirondinsTV

Retranscription Girondins4Ever

Réagissez à l'article ↓

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des