François Kamano : « Mon statut n’a pas changé »