Pierre Ménès : « Il n’y a pas plus d’ambitions, c’est vraiment la même politique »

 

Pierre Ménès a donné sa vision d’M6, par rapport aux Girondins de Bordeaux. Et le consultant donna un exemple du Bordeaux 2009-2010, qui était coaché alors par Laurent Blanc, qu’il connait bien, pour illustrer sa pensée. « C’est vrai que depuis qu’M6 est actionnaire majoritaire de Bordeaux, ils gèrent ce club avec un sens économique très poussé, et c’est aussi pour ça qu’ils ont perdu Laurent Blanc. Quand Laurent Blanc a pris la décision de rejoindre l’équipe de France, au mois de mars – et on dit très souvent que Laurent Blanc a laissé tomber Bordeaux mais moi, qui étais proche de lui, je savais qu’il hésitait beaucoup – il y a eu une réunion avec la cellule de recrutement, qui lui a annoncé que Chamakh s’en allait. Il a alors expliqué que le profil pour le remplacer, c’était Hoarau. On lui a répondu que c’était trop cher, alors que le club venait d’être Champion de France et venait de faire un quart de finale de Ligue des Champions. Quand on a si peu d’ambition, c’est compliqué de faire venir de grands entraîneurs et de très gros joueurs ».

 

Alors, avec l’arrivée de Stéphane Martin à la Présidence du FCGB, ou celle d’Ulrich Ramé au poste de Directeur Sportif, l’on pourrait croie que cela change. Pas pour le consultant. « (soupire) Je ne le vois pas le changement. C’est un changement dans la continuité, il n’y a pas plus d’ambitions, c’est vraiment la même politique. Il y a des joueurs qui sont partis, qui ont été peu ou bizarrement remplacés. Quand on perd Ounas ou Rolan, qu’on remplace par Mendy… Après, il reste encore 25 jours de mercato. Les Girondins auront peut-être un autre visage à la fin du mois, mais au moment où on se parle, ce n’est pas terrible. Et quand on a des échéances comme l’Europa Ligue, très tôt, il faut être prêt très tôt… Et ça, c’est quelque chose que les Girondins n’ont pas paramétré, et c’est ce qui a entraîné cette désastreuse élimination. Se faire éliminer par Videoton, il faut quasiment le faire exprès… Je n’ai pas vu le match aller, j’ai vu le match retour, c’était pitoyable ».

 

Pour cette saison 2017-2018, « Pierrot » explique que « La place de Bordeaux ? Septième. Cinquième s’ils font une bonne saison, dixièmes s’ils en font une mauvaise ».

 

RIG, émission Girondins Analyse (podcast prochainement ICI)

Retranscription Girondins4Ever