Pierre Ménès : « C’était mieux qu’en Hongrie, mais vu que ça ne pouvait pas être pire… »