Loïs Diony : « Aujourd’hui, j’ai intégré ce club mythique »

 

L’ancien attaquant de Dijon Loïs Diony passé par les Girondins et qui a été transféré à Saint-Etienne cet été s’est exprimé sur les raisons qui l’ont poussé à signer en faveur des stéphanois mais aussi des objectifs de la saison.  « Je veux confirmer en Ligue 1. Le fait de passer de Dijon à Saint-Etienne constitue une très belle progression, et le rendez-vous avec l’entraineur et les dirigeants stéphanois m’a énormément plu. J’ai senti qu’ils me voulaient vraiment, qu’ils avaient besoin de moi pour bâtir cette équipe. Je marche beaucoup à l’affectif et à la confiance. Le coach a été franc. ll m’a dit qu’il voulait dormir sur ses deux oreilles. Si je suis au top, je jouerai. S’il y a meilleur que moi, je ne jouerai pas. Il n’y a pas de triche. J’ai aimé son discours. Je déteste jouer si je ne le mérite pas […] Personnellement, au minimum, rééditer ma saison passée, donc mettre onze buts en L1 et faire encore plus de passes décisives. J’ai été recruté pour ça. Collectivement, décrocher une qualification en Coupe d’Europe, même si ça va être difficile. J’aime gagner. Et si on peut être champion, on le sera ».

 

Après Dijon, il est dans un club qui a plus de vécu en Ligue 1. Mais pour lui ce n’est pas une revanche sur le passé comme son passage à Nantes ou sa période de formation à Bordeaux. « Je suis passé par de très beaux clubs et j’en suis très content. Ma revanche, je l’ai déjà prise en devenant professionnel, en progressant en L1 avec Dijon. Je souhaite bon courage à Dijon. J’espère qu’il va se maintenir plus facilement. Aujourd’hui, j’ai intégré ce club mythique. J’étais en formation et supporter de Bordeaux quand il est devenu champion (en 2009). Nantes ne vivait pas sa meilleure période car il était en L2 et il ne m’a pas fait signer pro. Chacun a droit  à l’échec dans la vie. Il m’a mis un coup de pied aux fesses. Et, aujourd’hui, je vis vraiment l’histoire club en tant qu’acteur. Je sens que les Verts ont un vécu et que je me dois de continuer à écrire leur histoire. Je les suivais quand Aubameyang y jouait. C’était une belle équipe, à l’époque ».

 

L’Equipe