Frédéric Guilbert : « Au dernier moment, j’ai eu une offre anglaise qui était difficilement refusable »