Benoît Costil : « Le numéro 1 ne souhaite pas toujours le bonheur du numéro 2. Mais, moi, si »