Roberto de Andrade fait le point sur Pablo et Guilherme Arana