Grégory Sertic : « Je suis content, il fallait que je quitte mon cocon bordelais »