Benoît Costil : « Je me sens bien, je m’adapte petit à petit »