Jocelyn Gourvennec : « Trouver les automatismes dans l’animation offensive c’est difficile, c’est long »