François Manardo : « Bordeaux ne se repose pas sur ses lauriers, qui commencent à être fanés »