Philippe Lucas : « On savait que c’était une génération intéressante »