• Non classé

Lepetit : « Bordeaux a la chance d’avoir un actionnaire qui couvre ses déficits »

 

Christophe Lepetit, responsable des études économiques au Centre de Droit et d’Économie du Sport de Limoges, a fait un bilan sur l’évolution du plan financier des Girondins. « Bordeaux a été à l’image de ses homologues français : des revenus qui ne parviennent pas à compenser les charges et donc un déficit d’exploitation assez conséquent. Bordeaux a la chance d’avoir un actionnaire qui couvre ses déficits saison après saison […] Ils ont diminué leur structure de coût. Les supporters pourront râler en pointant les résultats sportifs qui l’ont accompagné. Mais ils se sont adaptés à leur réalité économique ». L’effet « Nouveau Stade » n’a pas non plus changé la donne. « Malheureusement pour eux, ils sont entrés sur une saison sportive décevante avec aussi les difficultés d’accès. L’impact net du stade n’a pas transformé le modèle économique du club car il a aussi un coût en loyer (3,8 M€ annuels) et en exploitation (hôtesses, sécurité…) ». Outre la Coupe d’Europe qui est devenu plus intéressant en terme financier car « l’UEFA a revu la dotation et la répartition entre Ligue des champions et Ligue Europa », les recettes du club passeront également par des plus-values faite sur les jeunes joueurs. « C’est toujours plus confortable de savoir que vous pouvez vendre un, deux, trois joueurs pour revenir à l’équilibre comptable au besoin. Ils devront régler l’équation « quel joueur vendre et quand, quel joueur recruter et quand » pour rester sportivement compétitif ».

 

Sud Ouest