• Non classé

Martin : « On est loin d’être dans une situation d’urgence » (mercato)

 

Sur les ondes de Gold FM, le président des Girondins de Bordeaux, Stéphane Martin est intervenu sur le mercato à venir, ainsi que sur la place des jeunes dans l’avenir du club. « La politique, c’est déjà de prendre notre temps car le mercato n’ouvre que dans deux mois et demi. On est quand même loin d’être dans une situation d’urgence. Il y a pas mal de joueurs qui ont des contrats assez longs notamment parmi les jeunes espoirs donc il n’y a vraiment pas d’urgence. Il y a quelques postes, quelques garçons qui sont en fin de contrat et qui auront effectivement un traitement un peu anticipé par rapport à la date du mercato mais on en est encore très loin« .

 

Voici maintenant son passage sur les jeunes joueurs de l’effectif : « Bien sûr (qu’on peut construire avec eux). Je pense que pour eux aussi. Ils sont très jeunes, ils ont leur carrière devant eux, ils n’ont pas forcément d’intérêt à courir dès la saison prochaine après le club qui les payera le plus. Ils ont aussi un plan de carrière à gérer. Ça dépend effectivement s’il y a des propositions… C’est pour ça que je vous dis qu’aujourd’hui à ce stade on ne peut pas s’engager en disant que Malcom restera à coup sûr. S’il a une proposition où son salaire est multiplié par quatre, cinq, je n’en sais rien, c’est plus compliqué mais aujourd’hui, nous ne sommes pas dans cette situation-là. On n’a pas été approché. Honnêtement, tous ces jeunes-là sont bien ici. Jovanovic qui vient d’arriver est très heureux ici. Il l’a dit dans la presse« .

 

Enfin, « la formation reste un axe prioritaire à Bordeaux. C’est un peu une obligation. Les joueurs à 15-20 millions, rien ne dit qu’on n’ira pas les chercher un jour, c’est aussi enclencher un cercle vertueux. L’Olympique Lyonnais par exemple qui va chercher des joueurs à 15-20 millions, c’est aussi parce qu’ils ont un centre de formation et dès qu’ils touchent un gamin et qu’ils le font monter en équipe une, il devient titulaire au match suivant. Et puis, ils les vendent aussi parfois. C’est aussi en vendant ces joueurs-là qu’on peut aller chercher des Memphis Depay. Ce n’est pas totalement dissocié. Au jour d’aujourd’hui, c’est sûr qu’on n’est pas dans une situation à aller chercher des joueurs à 15-20 millions mais les progrès éventuels que peut faire le club, et notamment à travers la formation de joueurs, permettra peut-être un jour de revenir dans ces contrats-là« .

 

Retranscription Girondins4Ever