• Non classé

Trésor : « Cela aurait étonné tout le monde que la France ne gagne pas au Luxembourg »

 

Marius Trésor a analysé la prestation de l’équipe de France face aux Luxembourg. Il a d’abord commencé par ce qu’il avait apprécié. « J’ai surtout apprécié l’apport offensif de nos deux latéraux, Sidibé et Mendy. J’avais l’impression qu’ils jouaient avec Monaco. Ce sont deux garçons qui ont l’habitude de prendre leur couloir. Sidibé et Mendy offrent deux buts à Giroud. Face à une défense aussi regroupée, on demande souvent aux latéraux d’écarter pour étirer les défenseurs. C’était un atout important pour l’équipe de France. En attaque, il y a toujours autant de présence et de force. Mais, à ce niveau, il faut savoir tuer le match. En deuxième mi-temps, j’ai apprécié le sérieux des Français. Physiquement, ils ont pris le dessus et, quand l’équipe de France a la maîtrise du jeu en permanence, ça change tout. Contrat rempli, l’essentiel est acquis. Mais il faudra attendre une opposition d’un tout autre niveau, comme face à l’Espagne mardi, pour voir son véritable niveau. Même s’il n’y a plus de petites équipes, cela aurait étonné tout le monde que la France ne gagne pas au Luxembourg ».

 

Avant de nuancer avec ce qu’il n’a pas aimé sur ce qu’il a vu. « Je n’ai vraiment pas aimé le but encaissé et plus globalement les difficultés rencontrées sur les coups de pied arrêtés du Luxembourg. A 2-1, on concède une occasion énorme et, heureusement pour l’équipe de France, le Luxembourg n’en profite pas puisque le joueur rate le ballon. C’est terrible de voir ce qu’est capable de faire cette équipe de France en attaque et, en même temps, de souffrir autant en défense comme en fin de première période. Je ne sais pas si c’est de la concentration ou autre chose mais je ne me l’explique pas. Je vois ça avec l’équipe de France, je l’ai déjà observé avec Bordeaux en championnat. C’est terrible. Comment peut-on défendre aussi mal ? Même Didier Deschamps a reconnu qu’il y avait eu un problème avec les coups de pied arrêtés. Il faut vite le corriger ; cela peut être vraiment très problématique à l’avenir face à de bonnes équipes ».

 

Le Parisien