• Non classé

Plasil : « Depuis début janvier, on voit que l’équipe est vraiment très unie »

 

Le capitaine bordelais Jaroslav Plasil est revenu sur la dernière rencontre de championnat face à Monaco qui s’est soldée par une victoire monégasque deux buts à un. « On aurait voulu tenir un petit peu plus longtemps le match nul. On n’a pas assez exploité nos actions offensives. C’est vraiment dommage surtout que le premier but est un peu casquette. C’est une déception […] On a été très bien en bloc pendant 60 minutes. C’était vraiment difficile pour eux de nous contourner. En seconde période, il y a eu beaucoup plus de centres de leur côté, ça nous a mis un peu en difficulté. C’est aussi sur un coup de pied arrêté qu’on concède le premier but. Il y a aussi un but de Moutinho qui est très beau mais on n’avance pas sur le joueur. Après, il nous donne le but même s’il y a un bon pressing de Diego. C’est dommage. Il faut se reconcentrer sur le travail et essayer de se concentrer sur le prochain match contre Montpellier ».

 

Avec les bons résultats actuels, Bordeaux s’est forcément replacé dans la course à l’Europe, aux coudes à coudes avec Saint-Etienne et Marseille. « Je pense que ce sont les trois équipes qui sont à la lutte pour cette 5ème place. On va jouer à Saint-Etienne et contre Marseille à la maison donc ça sera sur ces matches-là qu’il faudra se confronter. Et il y a les autres matches où il faudra prendre le plus de points possibles ».
Et ces bons résultats sont l’oeuvre d’un bon recrutement, des jeunes qui ont envie et d’un groupe qui vit bien, et ce n’est pas l’expérimenté joueur tchèque qui va dire le contraire. « Quand on gagne des matches, on prend forcément du plaisir. Quand on propose du beau jeu, c’est encore mieux, avec des buts, avec des joueurs qui peuvent faire la différence. Depuis début janvier, on voit que l’équipe est vraiment très unie. Je pense que c’est comme ça qu’on peut aller loin […] C’est toujours bien d’avoir des joueurs comme Jérémy Toulalan derrière qui sécurise un peu le système. Les joueurs offensifs sont un peu plus libres. On essaye de parler aux jeunes aussi, de leur dire par exemple les étirements c’est important. C’est pour leur futur. Quand on a 20 ans, on se dit surement dans la tête que les vieux nous cassent les bonbons. Ils verront qu’au fil des années, il faudra s’y mettre ».

 

GirondinsTV

Retranscription Girondins4Ever