• Non classé

[P] Guilbert : « L’année dernière, j’étais titulaire indiscutable. Cette année, j’étais sur le carreau »

 

Prêté par les Girondins à Caen, Frédéric Guilbert a trouvé une place de titulaire et de pièce maitresse dans la défense normande. Il s’est exprimé au sujet des Girondins qui ne se sont pas manifesté depuis le début de son prêt. « Je suis leurs résultats, je ne sais pas si eux me suivent. C’est peut-être leur façon de faire. Peut-être qu’ils partent du principe qu’il faut me laisser dans mon univers, au Stade Malherbe de Caen. Ça fait toujours ch… de ne pas avoir de contact, mais je respecte ça. En aucun cas il y a une amertume envers eux ». En tout cas il est prêté sans option d’achat et quittera normalement le club normand qui lutte actuellement pour le maintien. « Je le vis comme si j’étais transféré définitivement. Il faut avoir cette mentalité-là, se sentir concerné par le club. Sans le club, on n’aurait pas de salaires ni la vie qu’on a. C’est d’autant plus important pour moi, qui ai passé six ans ici. Je sais qu’une descente en Ligue 2, ce sont des pertes d’emploi, des baisses de salaires, etc. À partir du moment où tu ne penses qu’à toi, tu en fais moins. Si tu ne te donnes pas à fond, en te disant « quoiqu’il arrive, je retourne à Bordeaux », ça se retourne contre toi. Et eux, ils vont se dire : « il a fait une saison de mer.., pourquoi il reviendrait ». Au final, c’est du donnant-donnant ».

 

Enfin il a également évoqué cet avenir proche qui est la fin de son prêt au terme de la saison. « Je vais détourner la question (rires) . Honnêtement, aujourd’hui, je me concentre sur le maintien. Après, on verra. Pour l’instant, je retourne à Bordeaux. Mais ça dépendra de comment le mercato évolue. Le football, c’est tellement bizarre. L’année dernière, j’étais titulaire indiscutable. Cette année, j’étais sur le carreau. Ça fait aussi ouvrir les yeux sur ce qu’est le monde du football. Les sacrifices qu’il faut faire, le travail qu’il faut fournir, et le fait que d’une année sur l’autre, rien n’est acquis ».

 

Ouest France