• Non classé

Kamano : « On a essayé deux fois de faire venir mes parents, mais ça n’a pas marché »

 

Par l’intermédiaire d’une interview réalisée dans un taxi par GirondinsTV, l’attaquant bordelais François Kamano nous a retracé toute sa vie depuis le début. Il nous parle entre autre de sa jeunesse, de ses débuts dans le football et de son frère décédé. « Je suis Guinéen d’origine. J’ai été formé à Bastia et j’ai été transféré aux Girondins cette saison. Je suis né en Guinée, j’ai grandi là-bas et je suis arrivé à mes 17 ans à Bastia […] Au début, c’était dans la rue. Après l’école, on partait jouer dans la rue, au terrain avec des amis. C’est comme ça que ça a commencé. Après, je suis parti à la capitale et le niveau était un peu plus élevé que là où je suis né. A la capitale, j’étais dans une académie. C’est là que j’ai été presque formé. J’ai été vu par des agents qui m’ont contacté et après ils ont fait des dossiers pour me faire venir à Bastia […] Avec mes copains, j’étais le meilleur, il y avait de bons joueurs mais j’étais le meilleur, ça se passait bien. Quand j’étais chez moi, là ou je suis né, j’ai joué sur le côté et quand je suis arrivé à l’académie, j’ai joué comme numéro 9. Ça se passait plutôt bien avec mes qualités de vitesse […] J’ai toujours mes parents qui sont là-bas. On a essayé deux fois de les faire venir mais ça n’a pas marché. Ils n’ont toujours pas le visa donc on va essayer de faire un dossier pour la troisième fois. On va voir comment ça va se passer […] J’avais un grand frère qui est décédé il y a trois ans et j’ai deux petites sœurs. Aujourd’hui, je suis l’aîné de la famille donc tout le monde est fier, mon entourage, mes amis… ».

 

En complément, il a évoqué son arrivée en France ainsi que la signature de son premier contrat professionnel. « Ce n’était pas évident d’être loin de mes parents, de mes amis… J’ai vécu toute mon enfance en Guinée donc ce n’était pas évident au début. Quand je suis arrivé à Bastia, je suis arrivé dans un autre monde. Je me suis vite adapté au centre de formation. Ça s’est bien passé malgré le fait qu’au début je ne pouvais pas jouer parce que je n’avais pas 18 ans. Je ne pouvais pas signer donc j’ai un peu galéré au centre de formation sans jouer pendant 6 à 8 mois. Après, quand j’ai eu mes 18 ans, j’ai signé mon premier contrat professionnel ».

 

Retranscription Girondins4Ever