• Non classé

[AJ] Diabaté : « Il faut s’aimer, il faut rigoler, il faut danser » (vidéo)

 

Nous vous conseillons vivement le reportage sur Cheick Diabaté qui parle principalement de sa philosophie de vie et sa manière de penser chaque jour. La retranscription est ci-dessous, mais la vidéo est meilleure.

 

« Metz c’est du haut niveau, c’est trop bien. C’est extraordinaire, c’est une chance énorme. En plus, je ne connaissais pas Metz, je ne savais pas que c’était comme ça, c’est pour ça que je n’ai pas de regret. En plus je suis content sur les terrains, je suis content […] J’ai la dalle (rires). C’est la France qui me manquait tout simplement et comme je connais un peu aussi la Ligue 1, je me suis dit que revenir ça allait me permettre de marquer encore quelques buts en L1 ! […] Pour moi, c’est pour rigoler, je ne calcule pas trop, parce que comme je le dis souvent : la vie est magnifique. On vit tous ensemble mais il y a un truc qui est à côté de nous, sauf qu’on ne fait pas attention : c’est la mort. Je n’aime pas parler de ça parce que ça peut faire peur, mais c’est la vérité. Avant la mort pourquoi on ne peut pas faire un effort et passer des bons moments ensemble ? Je trouve que, si on ne se pardonne pas, la vie elle va être très difficile. Il faut s’aimer, il faut rigoler, il faut danser, voilà. De temps en temps quand je suis sur le terrain, je danse ! Après, je suis un peu timide, parfois je regarde si les gens ne me regardent pas, et je danse un peu en fait ! (rires) […] Je pense même que je suis trop gentil en fait (rires) ! Je me dis que c’est mon grand défaut ! Par exemple, parfois, on me demande des choses, même si je ne peux pas, j’ai du mal à dire non ! C’est ma façon de voir les choses et puis c’est comme ça, j’espère que j’ai raison ! (rires) […] Je suis très, très sensible, je pense même que le fait que je sois comme ça aujourd’hui, il y a eu des choses qui se sont passées qui ont fait que je pense comme ça. Déjà, j’ai perdu ma mère, ça a été très dur pour moi. Pendant un moment, j’avais l’impression que j’étais seul au monde. Je me souviens, une fois, j’étais petit, j’ai joué au babyfoot avec un ami et il me dit : ‘Cheick, je vais aller manger’, je lui dis ‘Ah bon, okay, tu peux aller manger, moi aussi je vais aller manger’. Je rentre à la maison, avant que je mange, on vient m’appeler pour me dire qu’il y a eu un accident. C’était mon ami… Je suis sorti, je suis allé voir, il n’était plus là. Donc, quand je vois ce genre de choses, je me dis : ‘Pourquoi pas ne pas passer des bons moments ensemble ?!’. Comme je disais tout à l’heure, les gens qui me critiquent ou qui disent des choses sur moi, je n’ai pas le temps de m’embrouiller avec eux. Je préfère être ami avec eux, donc ça fait quelques amis de plus ! Pourquoi pas ?! (rires) ».

 

 

BeIN Sports

Retranscription Girondins4Ever