• Non classé

Gourvennec : « On n’est pas dans le cas d’un actionnaire qui vend, le club n’est pas vendu »

Photo Frédéric Lancelot L’Equipe

 

Jocelyn Gourvennec s’est exprimé sur l’arrivée de Stéphane Martin et l’entraineur bordelais estime qu’il s’agit d’une bonne chose qu’il soit originaire de Bordeaux. « C’est important que ce soit quelqu’un du cru aussi. Monsieur Triaud est d’ici et a toujours représenté le côté local des Girondins. Cet encrage profond à Bordeaux. Je crois que le Président Martin va aussi incarner ça parce qu’il est d’ici et qu’il connait le club, il supporte le club depuis très longtemps. Il va être dans un rôle qu’il va découvrir mais encore une fois, il arrive dans une institution qui est implantée, qui tourne, qui est organisée, qui marche, qui est en mouvement aussi. Il va prendre de manière naturelle le costume ».

 

Sur le timing de cette annonce, Jocelyn Gourvennec estime que peu importe, cela ne remet rien en cause pour le sportif.

« Le timing ? Ce serait peut-être à Monsieur de Tavernost de répondre à cette question-là. Bon, on est dans notre saison. Je crois que cette transition, elle va s’opérer en douceur. Encore une fois, Monsieur Triaud ne quitte pas les Girondins de Bordeaux puisqu’il reste Président du conseil d’administration. C’est quelqu’un de très respecté ici, et je pense que Stéphane Martin va prendre la suite de manière naturelle. On est dans une saison où on est lancé, où on a constamment progressé, où les choses se mettent en place et pas seulement chez les professionnels ; c’est vraiment aussi au niveau des jeunes, des féminines. On est les représentants de ce projet-là, c’est l’équipe pro qui est la locomotive du club. On est dans notre saison, il n’y a aucune raison que ça vienne modifier quoi que ce soit. Pour les joueurs au quotidien, on va continuer à travailler, à progresser. Simplement, au niveau de la direction, il va y avoir quelque chose de nouveau. Mais sur notre travail et la mise en place de notre projet sportif, on va être dans la continuité ».

 

Le départ de Jean-Louis Triaud symbolise quelque part l’absence d’un côté familial, côté fraternel. L’entraineur bordelais a tenu à nuancer.

« On n’est pas dans le cas de figure d’un actionnaire qui vend à un autre actionnaire. Le club n’est pas vendu. Le groupe M6 donne une nouvelle orientation. Bon, après tous ceux qui sont responsables dans les différents services – et pour moi c’est le sportif et les pros – on va continuer à travailler comme on l’a toujours fait. L’ambiance de travail est bonne. Il y a beaucoup d’exigence, d’ambition aussi, on va continuer là-dedans ».

GirondinsTV

Retranscription Girondins4Ever