• Non classé

[AJ] Furlan : « J’ai été éduqué à Bordeaux où notre culture était de ne pas encaisser de but »

 

Dans Ouest France, l’ancien bordelais Jean-Marc Furlan a été interrogé sur sa manière d’entrainer, mais aussi sa philosophie de jeu. Aujourd’hui, cette dernière pourrait d’ailleurs s’apparenter à : on gagne et on grandit par le jeu. Des convictions qu’il tire forcément de son histoire personnelle. « J’ai été éduqué à Bordeaux où notre culture était de ne pas encaisser de but, d’attendre, c’était ancré dans nos gênes. Mais tu as peur quand tu joues comme ça ! Tu flippes. Moi, je rêvais du football du FC Nantes que j’ai beaucoup rencontré, et de l’Ajax. J’étais aussi un défenseur destructeur, et je rêvais d’être un attaquant […]  Joueur, j’étais nul pour marquer des buts, c’est peut-être pour ça. Pour défendre, tu n’as pas besoin de beaucoup de talent, il faut juste être rusé, pas trop con. Pour marquer, c’est autre chose […] On m’a dit que pour marquer des buts, il faut de grands joueurs, des bons dribbleurs qui sont créatifs et improvisent dans les 30 derniers mètres. Pour moi, c’est en partie faux. Plus on s’approche du but, plus on doit jouer comme on l’a décidé ensemble, comme on l’a travaillé. Et celui qui déroge au principe, c’est dehors ».

 

Malgré tout, il faut toujours beaucoup de communication pour faire passer une philosophie de jeu. « Si tu n’es pas un meneur d’hommes, tu peux être le meilleur animateur de séance, le meilleur technicien ou tacticien, tu n’y arrives pas. Si tu ne gères pas les ressources humaines, tu ne peux pas exister. Il faut savoir quel pouvoir ont les mots sur les garçons, car s’ils n’ont pas envie d’aller se faire découper pour toi…« .