• Non classé

[AJ] Laslandes : « Du jour au lendemain, les Girondins m’ont envoyé un solde de tout compte »

 

Lilian Laslandes était venu aider son club de cœur, les Girondins de Bordeaux, lorsque Francis Gillot était aux manettes. L’ancien attaquant avait effectué plusieurs ateliers spécifiques pour les attaquants, avant de ne plus trop avoir de nouvelles, puis d’être passé par les jeunes, avant finalement de recevoir son solde de tout compte.

 

« Pendant trois mois, on m’appelait et ça se passait comme ça. Au bout du quatrième mois, plus d’appel, alors que j’étais quand même rémunéré par les Girondins pour une à deux séances par semaine. Et puis dans L’Equipe, il y avait marqué ‘Laslandes a déserté Le Haillan’. Là, quand j’ai lu ça, j’ai appelé Gillot pour lui dire de rectifier la chose, ou sinon que ça allait être moi qui allais la rectifier à ma façon. Mais que les gens ne croient plus que je ne viens plus parce que j’ai décidé de ne pas venir. Puis Gillot m’a finalement dit qu’il avait fait venir un adjoint, et qu’il aurait aimé lui faire faire, à lui. Je lui réponds alors que quand je lui ai demandé la première fois, je ne lui avais pas mis un couteau sous la gorge, il fallait juste me dire non. Alors, je vais voir le Président et je lui demande si je pouvais faire ça chez les jeunes… C’est ce que j’ai fait pendant deux ans, je faisais ça pour les 15 ans, 17 ans, 19 ans, CFA… Ça se passait bien. Et du jour au lendemain, les Girondins m’ont envoyé un solde de tout compte, sans explications. Bon, j’ai été chercher l’explication quand même et le motif était ‘restriction financière’. Pour 1200€, restriction financière… ‘Pas à moi’ je leur ai dit, parce que j’ai quand même de l’expérience… Ils avaient 5-6 joueurs qui ne jouaient pas de l’année et qui touchaient dans les 150000€, donc ce n’est pas 1200€ par mois qui vont les gêner… Je leur ai donc dit ‘dites mi si c’est mon travail qui ne va pas, ça me fera avancer aussi’. Alors, je suis allé voir toutes les personnes avec qui j’ai travaillé, et ils m’ont répondu que c’était un ordre au-dessus qui faisait qu’on ne pouvait pas continuer le travail ».

 

Pour autant, et gardant l’amour du scapulaire, Lilian ne ferme pas la porte à son club de cœur.

« Aux Girondins, il n’y a pas de souci. Ils savent que dès que j’ai quelque chose à dire, je le dis. Quand j’ai tort, j’ai tort, mais quand j’ai raison j’essaye de faire passer mon message. On verra si un jour il y aura une opportunité ou pas ».

 

Kévin Gaignoux (le lien audio ICI)

Retranscription Girondins4Ever