• Non classé

[F] Dauba : « Elles ont un fort potentiel et progressent »

 

Interrogé par le Club, Jérôme Dauba, l’entraineur de l’équipe féminine des Girondins fait le point sur sa défense. « Paradoxalement, on est une équipe qui a pris beaucoup de buts, 30. Il y a eu des claques contre Saint-Étienne, Lyon et Paris. Après, sur le plan défensif, ce qu’on fait est de mieux en mieux, notamment depuis le match de Montpellier. On travaille un peu différemment à l’entraînement. La vidéo nous sert à gommer les erreurs de positionnement. Les filles progressent et le fait d’être confronté tous les week-ends aux très bonnes attaquantes qu’il y a dans le Championnat les aide en ce sens. Sur les dernières oppositions, les performances ont été positives, tout comme leur comportement. A l’entraînement, nous essayons de travailler les automatismes, avec des associations par binômes ou trinômes. Le fait de mettre ces exercices en place à l’entraînement, d’avoir trouvé une certaine assise défensive sur les dernières rencontres, cela permet d’avoir des repères. C’est de bon augure pour la suite ».

 

Il fera également un point sur les forces offensives de l’équipe. « L’an dernier, les joueuses ont marqué beaucoup de buts et cette année, c’est plus difficile. On est confronté à de très bonnes défenseuses et des équipes qui sont très bien organisées sur ce plan. Encore ce week-end face à Juvisy, on se retrouve face à des joueuses qui sont très fortes individuellement. Maintenant, on a de jeunes éléments sur le plan offensif. C’est un pari, aussi bien en ce qui concerne les recrues que les filles qui étaient déjà là l’an dernier. Elles ont un fort potentiel et progressent. Collectivement, dans les courses, dans les appels, dans les combinaisons, c’est beaucoup mieux. Il reste un rapport de force sur le plan athlétique : souvent, dans le dernier geste, il nous manque ce petit truc pour marquer. On est rattrapé par un pied, une joueuse qui effectue un bon retour… Mais du moment que l’on arrive à se créer des occasions, c’est plutôt encourageant. C’est aussi une question de confiance. Avec la qualité des joueuses que l’on a, avec Sarah Cambot, Juliette Loumagne,  Maëva Salomon, Cindy Ferreira, Naweal Ouinekh… qui marquent beaucoup de buts à l’entraînement, c’est juste qu’elles doivent essayer de se retrouver dans les mêmes situations en match ».