• Non classé

[F] Dauba : « Nous sommes un peu en deçà de nos objectifs »

 

En début de saison, Jérôme Dauba avait déjà fixé un objectif comptable à ses joueuses. Il semblerait qu’elles soient presque en phase avec cet objectif. « On s’était fixé un objectif de 12 points. Aujourd’hui, il nous en manque 3. Je pense que la contre-performance contre Soyaux à domicile est en cause, même si la réception de Rodez a également été une déception. On voulait l’emporter sur l’un de ces deux matches au moins. Sur le plan comptable, nous sommes un peu en deçà de nos objectifs. Même si on dispose d’une marge sur Albi et Metz, elle aurait été beaucoup plus confortable avec une victoire de plus ».

 

Les Girondines possèdent une petite marge sur le premier relégable à la trêve hivernale mais il ne faudra pas se relâcher dès la reprise pour conserver l’écart sur la zone de relégation. « Il faut que l’on fasse beaucoup mieux. On doit avoir une marge de sécurité suffisamment importante avant les réceptions d’Albi et de Metz. Ça passe forcément par une victoire contre Soyaux dès la reprise pour aborder ces matches plus sereinement. Il faut éviter de disputer ces deux rencontres en étant à égalité avec ces deux formations. Jouer des matches avec enjeu et une telle pression, ce n’est jamais facile à négocier. D’ici là, on va essayer de se donner une marge de sécurité un peu plus importante ». Le maintien passera essentiellement par des victoires contre les concurrents directs. « La victoire à Albi était notre première en D1. Il y a forcément eu une grande joie à la fin du match. En plus, c’était face à un concurrent direct pour le maintien. À Metz, on a montré un autre visage. On a souffert dans le jeu mais on a été capable mentalement d’aller chercher cette victoire. Ça a été une autre forme de joie, après beaucoup d’efforts, d’engagement, de solidarité. Quand on voit encore la joie des filles à la fin de la rencontre à Juvisy, on a conscience que ces points encaissés à l’extérieur sont satisfaisants. L’avantage de ces déplacements, c’est que l’on part sur deux jours et que cela crée une cohésion. Le groupe s’en trouve renforcé. On vit ensemble, on dispose de plus de temps pour échanger, se fixer des objectifs et ça aide à se préparer du mieux possible pour prendre des points. C’est une des raisons qui explique que l’on est plus performant à l’extérieur qu’à domicile ».

 

Le Club