• Non classé

[AJ] Lizarazu : « Tant que tu n’es pas arrivé à maturité physique, il ne faut pas être définitif »

 

Bixente Lizarazu s’est souvenu de ses débuts aux Girondins de Bordeaux, lui qu’on n’imaginait pas à cette époque voir passer professionnel du fait de ses caractéristiques physiques. « Mon histoire, c’est celle d’un gamin à qui on a souvent dit: ‘Il n’est pas assez grand, il n’est pas assez physique, il ne passera jamais pro…’ J’ai entendu ça dans la bouche d’entraîneurs alors que j’avais à peine seize ans. Rétrospectivement, je me demande comment on peut être définitif à ce point, quand on est entraîneur. À cet âge-là, la croissance n’est pas terminée, physiologiquement il y a énormément de choses qui peuvent se produire jusqu’à dix-huit ans. Donc ça m’a heurté… Je parle de l’époque de treize à seize ans. À dix-sept ans, j’ai vécu une saison déterminante, c’était ma première année junior. Il y avait à cette époque-là trois niveaux, et j’ai commencé à jouer au plus bas d’entre eux, avant de gravir un à un les échelons suivants: la Division d’Honneur, puis la 3e division, pour même finir par m’entraîner avec les pros. Pourquoi ai-je explosé ainsi en un an? Je ne peux pas vraiment l’expliquer. La seule chose que je peux dire, c’est que deux personnes ont été déterminantes: Pierrot Labat, éducateur du club, et Ante Mladinic, un technicien yougoslave venu à Bordeaux pour développer le jeu de passes… On voulait m’envoyer jouer à Pau mais ils ont refusé, et m’ont laissé ma chance avec le groupe pro. Voilà à quoi ça se joue. C’est une leçon pour tous les éducateurs: tant que tu n’es pas arrivé à maturité physique, il ne faut pas être définitif« .

 

Cahiers du Football