• Non classé

[AJ] Giresse : « Derrière Ronaldo et Messi, il ne faut pas être déçu »

Equipe de France Antoine Griezmann

 

Alain Giresse a évoqué la troisième place d’Antoine Griezmann à la cérémonie du Ballon d’Or 2016. Une place sur le podium qu’il a déjà goûté en 1982 (il avait finit à la deuxième place derrière Rossi l’italien). Un parcours qui ressemblerait un peu au sien. « Il y a une similitude car il est en train de progresser doucement mais sûrement. Pas comme un Pogba qui a éclos pour l’instant médiatiquement mais pas encore assez dans la performance […] Il ne fait pas de bruit mais sur le terrain, il est efficace, régulier. Son personnage me séduit. Son parcours lui permet de mesurer plus et d’apprécier à sa juste valeur ce qui lui arrive. Il n’est pas dans l’euphorie car il voit le chemin parcouru. Ce n’est pas un météore comme on en connaît aujourd’hui, des gamins qui explosent à dix-huit ans. Il semble dans la maîtrise. Il a connu des moments difficiles qui lui ont fait prendre conscience de ce qu’il veut. J’ai connu ça et quand tout se met en place, on se dit : “Qu’est-ce que c’est bon !” ».

 

Giresse a échoué de peu en 1982 pour décrocher le Ballon d’Or, il avoue avoir espérer le remporter une autre année et donne les clés à Griezmann pour remporter ce titre individuel dans les années à venir. « Il faut un concours de circonstances. Ça passera pour lui par la Coupe du monde dans deux ans, à moins de gagner le Championnat d’Espagne et la C1 avant. L’équipe nationale, c’est capital. En 1982, si (Paolo) Rossi ne marque pas à partir des quarts de finale (il est champion du monde avec l’Italie), je suis Ballon d’Or. Ensuite Michel (Platini) en 1984, c’était normal. Au début, même si tu ne te projettes pas sur un prix individuel, franchement, ça touche. C’est une sacrée fierté. Être dans les trois d’Europe, voire du monde… Moi, j’avais été tellement fier, mais une fierté saine. C’est incroyable d’en arriver là. J’étais scotché. Tu regardes tous les ans le classement… Il faut que Griezmann se dise que derrière Ronaldo et Messi, il ne faut pas être déçu ! Surtout pas ! Ça donne encore plus de valeur à son classement ».

 

L’Equipe