• Non classé

Huard : « On a vu Sabaly, je ne sais pas s’il n’a pas tué un mec dans les tribunes… »

Photopqr-le-parisien-teamshoot

Photopqr-le-parisien-teamshoot

 

Philippe Fargeon expliquait que lorsqu’on a une aussi mauvaise pelouse, il faut prendre l’initiative de frapper de loin afin de faire remonter le bloc. Gaëtan Huard estime lui qu’il est impossible de prendre des initiatives sur un ‘terrain’ comme ça.

 

« On ne peut pas prendre des initiatives sur cette pelouse ! On a vu Sabaly, sur le match face à Angers frapper un but, je ne sais pas s’il n’a pas tué un mec dans les tribunes ou cassé un siège… Il en rigolait… Il faut se mettre dans de bonnes dispositions pour frapper. Les joueurs ont peur, même de frapper. Si tu rates la frappe et que tu te fais contrer alors que ton équipe est en phase ascendante, tu prends le contre… Quand tu perds contre Angers, tu te fais contrer, ils n’attendaient que ça. Caen et Angers jouaient pareil, en 4-1-4-1. Tu te retrouves avec un bloc équipe très restreint au milieu de terrain, c’est verrouillé. Si tu perds le ballon, la seule transition possible c’est le renversement de jeu et il faut l’assurer. J’en discutais avec Pallois, avec tous les joueurs, qui me disaient qu’ils sont obligés de se concentrer sur le contrôle. Le public siffle si tu rates un contrôle, si tu rates ta passe… Donc l’équipe qui ne joue pas est avantagée. Elle t’attend, elle t’aspire. A un moment donné, j’ai vu Youssouf Sabaly qui part balle au pied, il accélère, il élimine tout le monde et peut presque aller au bout, seulement le ballon saute, tape dans son tibia, et à l’arrivée il n’avance pas et se fait rattraper ».

Gold FM

Retranscription Girondins4Ever