• Non classé

Fargeon : « Il n’y a pas 36000 solutions, il fallait surtout frapper de loin »

Philippe Fargeon

 

Philippe Fargeon s’est exprimé sur la dernière rencontre face à Caen, où les Girondins de Bordeaux ont fait match nul. Pour lui, il fallait tenter les frappes au but afin de faire sortir le bloc, qui ne s’est jamais désolidarisé. « Là, il y a progrès, il y a une victoire et un match nul (sic) […] Contre Angers et Caen, on a deux équipes qui ne viennent pas jouer. En étant en difficulté, on ne sait pas se créer des occasions et les mettre en danger. Une équipe regroupée comme ça, il n’y a pas 36000 solutions, il faut écarter un maximum les joueurs et surtout frapper de loin. La première frappe bordelaise est en fin de première période… Comme ça, on ne fait pas sortir une équipe. Alors, le terrain pour le système de jeu, d’accord, mais contre une équipe comme ça il faut balancer et frapper de loin. Le terrain fait que les Girondins ont tendance à ne pas s’exprimer mais je vous rappelle que ce sont deux équipes qui sont restées à défendre (Angers et Caen). La différence c’est peut-être que Caen n’a pas su être offensivement aussi performant qu’Angers. C’est qu’on ne trouve pas de solution contre des équipes regroupées derrière […] Ce n’est jamais agréable de jouer sur une pelouse sans savoir de quel côté va rebondir le ballon, c’est certain, mais je crois que même si le terrain empêche des contrôles corrects, rien n’empêche quand on est à 25 mètres de frapper…  On ne frappe pas assez. Quand une équipe comme ça qui joue derrière et nous attend, la seule manière de les faire sortir est de mettre des frappes de 25 mètres et si elles sont cadrées, je peux vous dire que la fois d’après ils vont sortir… ».

Gold FM

Retranscription Girondins4Ever