• Non classé

Gourvennec : « On n’est pas sur un terrain pour s’emmerder »

Jocelyn Gourvennec

 

L’une des notions très chère à Christophe Dugarry est le spectacle, le beau jeu… Le football, quoi ! Avec Jocelyn Gourvennec, l’ancien bordelais est servi depuis le début de saison… En tout cas, l’entraineur bordelais est dans la même optique, celle de redonner goût au public. « C’est vrai qu’à moyen terme, il faut que les gens soient intéressés par ce qu’ils voient. Et pour que l’on puissent les intéresser, il y a plein de choses à mettre en place. Moi je repars avec mes idées, mes convictions. Lorsque l’on avance comme entraineur, on met les choses en place, on fait des erreurs aussi. On essaie de ne pas les répéter et emmener le groupe vers un axe de travail. C’est ce que je m’applique à faire en accord avec la direction. J’aime bien expliquer les choses. J’ai bien expliqué ce que je voulais faire à ma direction. J’ai bien expliqué à mon staff ce que j’attendais d’eux. J’ai bien expliqué aussi aux joueurs ce que j’attendais d’eux. Et une fois que l’on a expliqué à tout le monde, on trace. Parfois on perd, parfois on gagne. Mais d’une manière générale, le fait de garder son axe, ça donne des repères aux joueurs. Je pense que ça leurs donnent confiance aussi ».

 

Puis il détaille un peu plus le cadre défini à son propre staff et au groupe. « Le collectif est au centre du club, parce que je suis quelqu’un d’exigeant. Mais je le suis avec tout le monde. Je veux vraiment que l’on mette en place un travail d’équipe, je m’appuie beaucoup sur le staff et je responsabilise tout le monde. Même si c’est moi in fine qui prend les décisions. Je tiens au courant en permanence ma direction de comment est le groupe. Quand ça va bien mais également lorsque ça va mal. Comme ça ils ont une photo fidèle de ce qu’il se passe en permanence et je pense que cela donne confiance à tout le monde. Après il n’y a pas de recette miracle. Avoir un axe et s’y tenir c’est difficile mais c’est ce qui, à mon avis, est payant. Avec de l’exigence et de l’envie de jouer aussi parce que l’on n’est pas sur un terrain pour s’emmerder. Il faut que l’on se réalise dans son métier, il faut que l’on prenne du plaisir. On ne prend le plaisir que lorsqu’il y a un cadre bien défini et quand on s’y tient ».

RMC

Retranscription Girondins4ever