• Non classé

[AJ] Jemmali : « On arrive le matin, on se tape la bise, on discute librement »

(Photo PASCAL GUYOT/AFP/Getty Images)

(Photo PASCAL GUYOT/AFP/Getty Images)

 

Dans sa carrière, David Jemmali a forcément de mauvais souvenir. Il en a fait part sur les ondes d’ARL. « Sur onze ans, je crois que j’ai dû jouer dix ans la Coupe d’Europe, il n’y a qu’une année où on ne l’a pas faite et pour cause, on a joué le maintien en 2004-2005. C’est dommage parce qu’on avait fait une belle entame et c’est un de mes regrets que ça n’ait pas marché avec Michel parce qu’on avait un bon groupe. Michel c’est un bon gars, un leader, et ça n’avait pas pris. Ça, c’est un de mes regrets. Et jusqu’au bout d’ailleurs je crois qu’on joue le maintien jusqu’au dernier match contre Marseille qu’on reçoit […] On pensait tous que ça allait bien prendre. On avait bien entamé le championnat, et puis ça s’était essoufflé. Il y avait un mix d’anciens, de jeunes… Le pourquoi du comment, je n’en sais rien. C’est une année plus ou moins noire […] Ce n’est pas facile d’être entrainé par quelqu’un avec qui on a joué. On arrive le matin, on se tape la bise, on discute librement comme deux potes et du jour lendemain il a changé de bureau. On ne fait plus la bise, on se serre la main. On se tutoie encore bien sûr parce qu’on s’est tutoyé pendant des années. Mais il y a la ligne à ne pas franchir surtout devant les jeunes qui montent, ne pas donner une mauvaise image, et ne pas montrer qu’il y a du copinage et du favoritisme. C’est une relation un peu dure à gérer, autant pour Michel que pour les anciens ».

 

Retranscription Girondins4Ever