• Non classé

Huard : « Soit on bascule dans l’équipe qui fait peur, soit on est en dilettante »

Photo : Nolwenn Le Gouic / Icon Sport

Photo : Nolwenn Le Gouic / Icon Sport

 

Bordeaux va affronter trois « petites » équipes en une semaine, Angers, Metz et Caen. Un calendrier favorable sur le papier mais on connait les difficultés de notre club contre ces clubs… Et Gaëtan Huard l’a justement répété, attention ! : « C’est une marche importante avec trois journées rapprochées, et jusqu’au match contre le PSG, c’est capital. Imaginons que Bordeaux fasse un bon résultat contre Angers, aille chercher quelque chose à Metz et refasse un bon résultat chez lui face à Caen avant d’aller au PSG… Bordeaux pourrait être en bonne posture et on pourra se dire, à ce moment-là, que Bordeaux est un prétendant aux places européennes ou au podium. Pour l’instant, pas d’enflammade, il faut absolument que l’équipe reste concentrée sur son jeu, sur l’envie de jouer le plus haut possible, de maintenir cette cadence-là. Je pense que le groupe a de la qualité, surtout sans compétition européenne ».

 

Surtout qu’on se souvient encore de la fessée subie sur la pelouse de Toulouse : « Il ne faut pas s’enflammer. Au vu de la fébrilité que j’ai pu voir sur le match de Toulouse que je commentais, il n’y a pas été à s’enflammer. Si tu retombes dans tes travers parce que tu es moins concentré, forcément tu vas te remettre en état de fébrilité […] Cette semaine est difficile du point de vue des deux victoires précédentes, en réponse au désastre toulousain. Là, on a retrouvé sur ces matches la confiance, l’équipe que l’on attendait. L’équipe est encore en perfectionnement, n’a pas les automatismes, et Jérémy Ménez n’est pas encore à 100% à mon avis. Ce que je veux dire, c’est qu’aujourd’hui Bordeaux doit quand même se méfier. Soit on bascule dans l’équipe qui fait peur et on se méfie de Bordeaux, soit on est en dilettante et on ne fait pas attention, et l’adversaire viendra au Matmut pour te taper. Il faut qu’on soit beaucoup plus craints à domicile. Si on veut ramener aussi le public en nombre au Matmut, il faut aussi au-delà du spectacle, contenir l’adversaire dans sa moitié de terrain et le presser. Il y aura forcément des situations… On va jouer Caen, et ce qu’il s’est passé l’année dernière il faut le garder dans la tête, on ne peut pas rejouer des matches comme ça. Toutes les équipes qui jouaient le bas du classement nous ont battus. Alors qu’on a tenu tête aux grandes… Donc c’est bien l’état d’esprit ».

 

Gold FM

Retranscription Girondins4ever