• Non classé

Sagnol : « On n’était pas du tout préparé au départ de Mariano »

(Photo by David Ramos/Getty Images)

(Photo by David Ramos/Getty Images)

 

Willy Sagnol est revenu,sur RMC, sur son passage aux Girondins de Bordeaux, que ce soit au niveau de sa première année réussi, comme de la seconde plus contrastée.

 

« C’est le cas dans 99% des clubs, il y a le nom du club, et le potentiel réel du club. Il ne faut pas oublier que depuis le dernier titre des Girondins en 2009, les années qui sont suivi ont été de plus en plus difficiles, que ce soit avec moi ou d’autres. La première saison, par rapport aux blessures, la CAN, aux départs de la saison précédente, finir européen je dirais que c’était une bonne saison. Si on avait eu tout l’effectif toute l’année, ça aurait été logique de finir au-delà de sixième. C’était même plutôt très bien selon moi. Quand la première saison est réussie, que vous finissez européen alors que la saison précédente ça n’avait pas été le cas, vous vous dites qu’avec la coupe d’Europe ça va vous faire dix matches supplémentaires, et que donc l’objectif est de se renforcer. Et ça a été l’inverse. On a eu beaucoup de joueurs partis à l’intersaison, on avait recruté Pablo parce que Sertic s’était blessé, c’était un recrutement assez rapide. Et surtout on n’était pas du tout préparé au départ de Mariano qui pour moi était le meilleur arrière droit du championnat de France. Sur ça, la blessure de Sertic qui était vice-capitaine la première journée, l’absence de Pallois pendant six mois… Les cadres de l’équipe n’étaient plus là, comme Jussiê qui n’est jamais revenu de sa blessure des ligaments croisés… […] A un moment donné, dans la difficulté, et il y a eu aussi le mercato d’hiver avec des départs de joueurs cadres, Saivet et Khazri – même si le départ de Saivet était acté depuis déjà un moment, c’était une promesse qui avait été faite au joueur – il y a eu beaucoup de choses dans l’année qui font qu’il y a eu des compositions d’équipes où il n’y avait plus le choix. Il y a eu beaucoup de jeunes joueurs qui sont montés très rapidement. Et forcément, quand vous avez des jeunes, il suffit qu’il y ait un petit caillou sur le chemin, et le train déraille… ».

 

Retranscription Girondins4Ever