• Non classé

Leenhardt : « Sa personnalité colle bien, je trouve, à la ville, au club »

(Photo NICOLAS TUCAT/AFP/Getty Images)

(Photo NICOLAS TUCAT/AFP/Getty Images)

 

Cet été, Bordeaux voulait Claude Puel pour prendre le relais d’Ulrich Ramé et ça sera finalement Jocelyn Gourvennec qui prendra place sur le banc des Girondins de Bordeaux. Pour Gold FM, Lawrence Leenhardt est revenue sur ce moment : « Il y avait cette piste, qui était plus qu’une piste, Claude Puel. Quand elle s’est avérée impossible – et puis Puel avait déjà dans l’idée d’aller en Angleterre, et Bordeaux voulait Puel – Jocelyn Gourvennec entrait aussi dans ce profil, d’un vrai entraineur de football. C’est quelqu’un du terrain, comme on peut imaginer que Puel l’est, quelqu’un qui ne veut pas être manager, il coache, il entraine. Il a une belle expérience car même si Guingamp n’est pas au sommet de la Ligue 1, c’est aussi difficile d’entrainer un club comme ça qui joue le maintien, et chaque saison Guingamp est au-dessus de son budget. C’est difficile d’entrainer quand on n’a pas de grands joueurs, et qu’on a des ambitions comme le coupe d’Europe et le meilleur parcours français en Ligue Europa ; c’est remarquable. Sa personnalité colle bien, je trouve, à la ville, au club. J’ai plutôt un regard très favorable à son arrivée […] A un moment, comme un joueur qui est là depuis un certain temps et qui aspire à découvrir autre chose et à passer un palier. Gourvennec à Guingamp, il avait tout fait, bien fait, mais tout fait. Pour lui, il fallait grimper une marche. Bordeaux lui offre cette possibilité, et il l’a dit tout de suite, que pour lui c’était un challenge. Il ne se met pas en danger, il s’estime capable de manager un club comme Bordeaux, et c’est à ça qu’il va être confronté ; un groupe plus dense, des joueurs avec des égos plus importants, de la gestion de groupe, les ambitions du club, la pression d’un club plus important, plus suivi, la pression des supporters parce qu’on sort de saisons compliquées… C’est un test pour lui […] Les égos sont plus importants qu’à Guingamp ».

 

Elle explique également que Gourvennec était bien un choix de la direction : « Le projet sportif qui a été demandé à chaque candidat, avant de l’engager, était plus important que son nom, son statut. On n’a pas forcément pris quelqu’un d’ultra connu, qui fait le buzz, on s’est attaché plus au projet sportif, comme ça pouvait l’être avec Puel. Les Girondins voulaient vraiment un vrai entraineur ».

 

Retranscription Girondins4ever