• Non classé

[AJ] Lizarazu raconte sa prépa de Bordeaux aux Bleus

Bixente Lizarazu

 

Bixente Lizarazu, dans L’Equipe, raconte comment sa préparation des grandes rencontres a évolué au fil de sa carrière. « J’ai eu la chance de jouer et de gagner de grands matches et de nombreuses finales. Et j’ai expérimenté plusieurs façons de les préparer. A Bordeaux, lors de l’épopée européenne de 1996, j’étais capitaine et je favorisais une approche guerrière. Avec ma culture sud-ouest et rugby, j’aimais les paroles fortes et le frottement viril entre joueurs. Avec le temps, je me suis rendu compte que cette méthode avait ses limites. Quand tu joues une finale, la charge émotionnelle est naturellement déjà énorme, c’est inutile d’en rajouter […] En arrivant en Allemagne, j’ai découvert une autre approche de la haute compétition. A deux heures d’une finale de C1, je me rappelle qu’on faisait le même petit jeu de passes en l’air, dans le vestiaire, que celui qu’on faisait en championnat. Celui qui faisait tomber le ballon par terre avait un gage, ça faisait rire tout le monde […] En équipe de France, j’aimais préparer mentalement mes matches avec Lilian et Fabien. Avec Lilian, c’était un rituel de guerrier. On se chauffait, on se parlait, on se regardait. Pendant les hymnes, on chantait très fort, on était habités mais c’était devenu un rituel complice. Avec Fabien, c’était plus décontracté, on cherchait des moments d’humour, de détente. Il me racontait des conneries ».