• Non classé

[AJ] Lizarazu parle de sa passion du surf

DSC_4792

 

Dans Le Parisien, Bixente Lizarazu a évoqué sa passion qu’est le surf. Pour l’ancien latéral bordelais, « ce n’est pas seulement un sport, mais un style de vie qui mêle le plaisir de pratiquer, le rapport à la mer et la passion du voyage. Car le surf, ça donne envie de voyager. Je suis tombé amoureux de la Polynésie, que j’ai découverte grâce à cette activité. C’est le paradis sur terre, le plus bel endroit du monde. Là-bas, ils ont un lien charnel avec la mer. Ça me parle, à moi qui ne pourrais pas vivre sans elle. J’aime aussi l’absence de monotonie dans le surf. La vague n’est jamais la même. Tu penses prendre un chemin et, finalement, il faut que tu en changes au dernier moment pour pouvoir l’attraper, c’est ce qui est charmant […] Je dirais même que c’est le sport le plus difficile, donc le sport roi selon moi. La première semaine, à moins d’être vraiment doué, tu passes ton temps à ramer contre les vagues, tu n’arrives à tenir debout sur ta planche que quelques secondes. Et le seul moyen de progresser, c’est de rester dessus le plus longtemps possible. Il faut trouver des vagues longues et belles pour travailler ses appuis et ses manœuvres. Il faut beaucoup de préparation pour dénicher le bon spot, connaître la forme de la vague, maîtriser le timing au moment où celle-ci se présente. Savoir quand se retourner et ramer pour bien l’aborder n’est pas facile à gérer pour un surfeur débutant. Souvent, la vague te pète à la figure parce que tu n’as pas bien anticipé, ou alors tu rames comme un malade, mais elle est déjà passée. Bon, j’avoue, avec mes copains, voir les débutants se planter, ça nous fait bien marrer […] Le surf t’apprend à lire la mer, à décrypter les courants, à sentir si tu es invité ce jour-là ou si tu dois renoncer à sortir. Il faut savoir dire non. L’idée, c’est de maîtriser les risques, de fixer ses propres limites et d’avoir l’intelligence de ne pas jouer avec le feu ».

 

Le Parisien