• Non classé

Battiston répond aux critiques par du Chateaubriand

Patrick Battiston

 

Assujetti au critiques cette saison de la part notamment de consultants bordelais ou de journalistes de la capitale, Patrick Battiston a tenu à répondre hier soir sur Gold FM. « Il y a des commentaires extérieurs… C’est de bon ton de parler. Je dirais simplement ‘Il faut être économe de son mépris en raison du grand nombre de nécessiteux’. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Chateaubriand. On travaille. On porte des jugements sur le comportement de certaines personnes, mais on ne sait pas comment on fonctionne. Sur la CFA, on dit ‘untel et untel sont là, ils sont dépassés’… Mais il faut savoir que quand on parle par exemple de Marius, cela fait cinq ans qu’il ne fait plus les entrainements. Mais on met toujours Marius dedans… Si on savait des choses réellement, on viendrait sur place et on verrait. Je ne vais pas m’étendre là-dessus parce qu’il faut laisser parler. Bien sûr qu’elle fait mal cette critique, mais on ne peut pas s’attacher à tout. On travaille, on avance, et on continue à faire venir des joueurs, à les faire travailler, on regarde si de jeunes joueurs vont en sélection… Pour certaines catégories il y a des joueurs qui sont là, il y en a d’autres qu’on ne montre pas, mais il y a des joueurs qui vont arriver. Ce n’est pas un discours de façade. Il ne faut pas s’attacher et s’arrêter à tout ce qui se dit sur les réseaux sociaux, les anciens qui veulent ci ou ça… On n’arrête pas sinon. Alors évidemment je ne suis pas en position de force pour parler parce que je suis dernier en CFA. On connait les raisons, où on s’est planté, et ce qu’on a réussi de bien, mais aussi là où on a mal négocié les choses. On n’est pas fous quand même. Mais on continue à travailler pour ceux qui le nécessitent et ceux qui le méritent. Certains ne font pas tous les efforts qu’il faut et malheureusement ce sont les autres qui trinquent. On travaille et on se dit que ce travail paiera un moment ou à un autre. On a de la chance d’avoir de jeunes joueurs qui sont suivis par des clubs étrangers, il ne faut pas se leurrer. Ça aboutira ou non, peu importe. Notre souci est de travailler en tenant compte de tout ce qu’il se passe, on n’est pas non plus à imaginer que tout ce qu’on fait est parfait… Mais on se remet en question très souvent, bien plus que certains peuvent le penser ».

 

Retranscription Girondins4ever