• Non classé

Trésor : « Il a des coéquipiers qui sont là, il faut qu’il soit beaucoup plus collectif »

Photo Icon Sport

Photo Icon Sport

 

Marius Trésor est revenu sur le match nul face à Bastia, sur les ondes de Gold FM. « Pour l’instant on ne peut pas dire qu’il y a un nouveau Bordeaux, non. On espère que ça va venir, que cette trêve internationale va permettre à ceux qui n’ont pas de sélection à honorer de bien travailler pour les deux déplacements difficiles qui nous attendent […] Les critiques après le premier match ? Mais, les gens s’attendaient à quoi exactement ? Il ne faut pas oublier qu’il n’y a eu qu’une semaine de passée. En plus, ce sont quand même les mêmes joueurs… En gros, qu’est-ce qui a vraiment changé ? C’est le retour de Jérôme Prior dans les buts, et Milan qui n’avait pas joué depuis très longtemps. A partir de là, il ne fallait pas s’attendre… Mais je regrette quand même qu’on ait conservé nos petits défauts des matches précédents. Il y a ces petits moments de déconcentration qui font que l’adversaire en profite et on se retrouve chocolat […] Ça fait quatre points que l’on perd contre les deux équipes corses. On a l’impression que l’équipe est transie par la peur […] Il va falloir un peu de temps au nouveau staff et aux joueurs ».

 

Puis il revint sur deux joueurs en particulier, Adam Ounas et Diego Rolan. « C’était un match de la peur. Par contre en deuxième, on a vu une équipe bordelaise plus entreprenante et à son aise. Si on avait joué collectivement quelques coups, on peut mener 2-0 sans qu’il n’y ait quoi que ce soit à dire. Parce les garçons pensent que de jouer individuellement, on va dire ‘ah untel a marqué et nous a sauvé’. Le football a toujours été un sport collectif et il faut que ça le reste. De temps en temps il y a des coups de génie, mais je vois une occasion face à Bastia avec Diego Rolan qui est dans une position difficile, et qui va tenter de frapper alors que s’il redonne à Adam, il est tout seul… Et qu’est-ce que fait Adam quelques minutes après ? Il est dans un angle fermé et il y a trois joueurs dans la surface, et au lieu de mettre en retrait il frappe du pied droit. Il lève la tête, il met en retrait, il y a but et on n’en parle plus… C’est comme ça, c’est un garçon imprévisible, qui te fait des trucs… Mais de temps en temps il va falloir se poser et se dire ‘je l’ai fait une fois, je ne vais pas le faire à chaque fois’. Il a des coéquipiers qui sont là, il faut qu’il soit beaucoup plus collectif ».

 

Gold FM

Retranscription Girondins4ever