• Non classé

Afflelou : « Je crois que c’est ça qui a fait notre force ; leur faiblesse psychologique »

Afflelou Bordeaux

 

Sur Gold FM et à l’occasion du 20ème anniversaire de Bordeaux-Milan, Alain Afflelou ce remémore ce moment où il était Président du club. « On a fait une campagne pour les abonnements, une campagne publicitaire où on avait dit ‘on vous doit une revanche’. La revanche était d’être passé si près d’une campagne européenne, avec toutes les déceptions qui avaient pu voir le jour cette année. J’ai dit qu’on allait jouer cette coupe Intertoto, d’abord pour l’esprit de compétition, et ensuite parce que ces matches avaient plus un caractère officiel que des matches amicaux. J’y ai fermement cru surtout quand j’ai vu le tirage au sort. Les joueurs se sont pris au jeu également, dès le premier match où on a gagné contre les suédois 6-2. Et puis on se retrouve là – comment, ça c’est une énigme – avec la valeur des joueurs qui est incontestable, le talent aussi, les matchs qui ont été gagnés ne l’ont pas été par hasard. Nous n’avons pas gagné contre Milan par hasard, ni par un coup de pot ou parce que les autres ont été mauvais, nous avons gagné parce que nous avons été très bons. Avant ce match, je sentais qu’il y avait un coup à faire parce que les autres avaient déjà joué le match dans leur tête. A la limite ils étaient sur le point de nous demander si l’on voulait vraiment jouer le match, tellement ils étaient surs qu’il n’y avait pas photo entre les deux équipes. Je crois que c’est ça qui a fait notre force ; leur faiblesse psychologique. Je l’ai vécu sur un nuage. Quand on a marqué le premier but je me suis dit que c’était possible, quand on a égalisé je me suis dit que les portent s’ouvraient, et quand on a marqué le troisième j’ai eu très mal parce que je me suis dit que ça allait être très dur pendant le dernier quart d’heure. Mais j’ai l’impression que s’il avait fallu qu’on en marque quatre, on en aurait marqué quatre. Je n’aurais pas imaginé qu’il y aurait eu ce retentissement national et j’ai reçu à Paris, aux Girondins, des félicitations de la France entière ».

 

Retranscription Girondins4ever