• Non classé

Dugarry : « Depuis Blanc, il y a trop eu de bricolage… Quel est le projet ? »

Photo Icon Sport

Photo Icon Sport

 

Christophe Dugarry, sur RMC, s’est longuement exprimé sur le départ de Willy Sagnol des Girondins de Bordeaux. Mais le consultant Canal expliqua que le problème bordelais est en rapport uniquement avec un projet sportif inexistant. « La première chose que veut un joueur, un supporter, un partenaire ou un entraîneur pour travailler dans un club, c’est un projet. Aujourd’hui, qu’est ce que tu vas proposer à un entraîneur ? Je ne comprends pas pourquoi on a pris Willy Sagnol, pourquoi ? J’ai l’impression qu’on a pris Willy Sagnol parce qu’on voulait le prendre à l’Olympique Lyonnais parce qu’au départ il devait signer à l’Olympique Lyonnais. Et, au dernier moment, on a réussi à le piquer à l’Olympique Lyonnais et on a pris Willy Sagnol. Mais Willy Sagnol, pour quel projet ? Pour avoir un rôle de manager ou pour avoir un rôle d’entraîneur formateur ? Pourquoi on a pris Willy Sagnol ? Aujourd’hui, soit on le prend parce que c’est un manager qui a envie d’avoir des grands joueurs sur un club ; Willy, ce n’est pas lui faire offense que de reconnaître qu’il n’a jamais entraîné, que ce n’est pas un formateur, je crois qu’il a fait 7 matches avec l’Equipe de France Espoirs. Le poser comme ça dans un club en lui disant ‘Voilà, tu vas faire avec les moyens du bord mais être véritablement un formateur’… Si tu veux repartir avec la formation, qu’on prenne je n’en sais rien moi, Jean-Marc Furlan. On n’a pas les moyens, alors prenons un entraîneur qui est dans la formation, on revoit toute la pré-formation, on revoit la formation, on repart sur un projet global qu’on explique. Que l’on ait 20, 40, 100 millions de budget, peu importe ! Mais il faut s’adapter en fonction du projet et en fonction de ce projet qui sera défini dès le départ, on met les personnes en place pour dessiner ce projet ».

 

Puis il continue en expliquant, vis-à-vis de cette dernière phrase, que depuis Laurent Blanc Bordeaux fait du bricolage. « Comment c’est possible d’avoir gardé Jérôme Bonnissel pendant 6 ans, il était responsable de la cellule de recrutement et il ne parlait pas aux trois derniers entraîneurs. Comment c’est possible aujourd’hui, dans un club qui a un projet, qui a de l’ambition, enfin je l’imagine parce qu’on ne le voit jamais… On n’entend jamais Monsieur De Taversnot parler d’ambition. A chaque fois qu’il parle, c’est pour nous expliquer que Bordeaux n’est pas les Qataris du Sud-Ouest mais on le sait ! Mais peu importe ça ! On s’en fiche que Bordeaux n’ait pas 200 millions de budget. Je crois que les gens ici à Bordeaux aujourd’hui ont envie que le club nous explique quelque chose. Soit on part sur projet de jeunes et sur 4/5 ans – on a la chance justement d’avoir un club où les choses se passent calmement, c’est un club qui peut travailler sur la durée, ce n’est pas Marseille, ce n’est pas Paris, ce n’est pas Lyon – si le projet est sur 3/4 ans avec de la formation, avec des jeunes que l’on va former qui ont aujourd’hui 15, 16, 17 ans, qu’on va amener… Il faut profiter du marché anglais qui s’ouvre, il va y avoir des millions et des millions, ils vont dépenser des millions d’euros. Mais partir sur un vrai projet, quelque chose qui a du sens. Et malheureusement, je crois qu’aujourd’hui, depuis Laurent Blanc, il y a trop eu de bricolage. On prend des entraîneurs sans savoir pourquoi véritablement. On les prend, dans quels projets on les mets ? Avec quelles ambitions ? On ne sait pas… Moi aujourd’hui c’est ça que j’ai envie de comprendre, ce qu’il se passe dans ce club. Peut-être avec les dirigeants actuels, ce n’est pas le problème pour moi. Mais ils n’expliquent pas ! ».

 

Puis il en rajoute une dernière couche… « On a toujours dit à Bordeaux, les matches, on les gagne c’est bien, on les perd c’est bien parce qu’on ne sait pas quel est le projet, on ne sait pas quelles sont les envies… Si on a envie plutôt de donner un véritable objectif de classement, on préfère choisir la qualité du jeu avec des jeunes qu’on va faire grandir. Regarde même un club comme l’Olympique Lyonnais, qui a été le club le plus riche de France, il a vite compris que l’argent, il n’en aurait plus autant que les autres. Donc il faut former des jeunes, aujourd’hui ils vont faire signer 8 joueurs professionnels pour pouvoir éventuellement les vendre. Après il y a un nouveau stade, c’est peut-être encore une autre dimension mais il y a un véritable projet. Quand tu n’as plus d’argent, il faut aller le chercher ».

 

RMC

Retranscription Girondins4ever