• Non classé

La catastrophe bordelaise vue par France Football

 ap-bordeaux violet.com
Dans un article cinglant de France Football suite à la débandade supplémentaire de nos Girondins, la ‘défense’ centrale est d’abord épinglée : « Une véritable catastrophe… On est bien d’accord, les Girondins de Bordeaux ne sont pas vernis en défense avec les absences de Nicolas Pallois, Grégory Sertic et Mathieu Debuchy. Les choix étaient donc restreints pour Willy Sagnol. Mais pourquoi avoir jeté aux oubliettes le duo Yambéré-Guilbert, certes très peu expérimenté, mais qui avait quelque fois donné des gages de sécurité et d’assurance. En chamboulant son arrière-garde, l’ancienne légende du Bayern Munich a déstabilisé son équipe. A droite, Guilbert semble avoir perdu ses repères et que dire de la performance des deux centraux Pablo et Sané ».
Sur les deux premiers buts, nos deux défenseurs centraux ont été directement responsables. « Le Brésilien se fait manger tout cru par Wissam Ben Yedder dès la 6e minute sur un ballon dans l’espace qu’il anticipe très mal. Face au virevoltant toulousain, Pablo a mordu la poussière et a montré une fébrilité inquiétante. Pis encore, son partenaire de charnière a réussi à être encore plus médiocre. Hésitant balle au pied et peu sécurisant dans son placement, Lamine Sané a été méconnaissable. On se demande où est passé ce grand espoir qui promettait énormément… Après une erreur d’anticipation sur un autre ballon long, comme Pablo, Sané laisse partir Ben Yedder et commet l’irréparable dans la surface de réparation à la 50e minute de jeu. Penalty pour le Tèf. Rouge direct et but de «WBY». Le trio gagnant ».
Dans le même article le milieu de terrain est également pointé du doigt pour son inutilité, et enfin la personne remplissant (normalement) le rôle de gardien. « Pas un pour rattraper l’autre mais pas beaucoup aidés non plus par un milieu de terrain fantomatique à l’image du neuvième capitaine Chantôme fautif sur le troisième but toulousain ou par un gardien encore trop tendre pour l’élite comme l’a montré la quatrième réalisation de l’Argentin Oscar Trejo ».