• Non classé

Sagnol : « Je serai un petit peu loin pour parler au quatrième arbitre… »

Sylvain Matrisciano et Willy Sagnol

 

Willy Sagnol a assuré que sa présence n’était pas forcément nécessaire, Sylvain Matrisciano assurant parfaitement l’intérim. « Sylvain sait exactement ce que j’attends des joueurs sur le terrain. Il a une grosse voix aussi, plus que la mienne. Ce sont des joueurs pros, ça ne les impacte pas du tout, pour moi. Pour moi, je serai un petit peu loin pour parler au quatrième arbitre (rires). L’important c’est le match, c’est de montrer un visage conquérant ».

 

Ce match sera forcément différent de celui de la saison passée, au niveau du classement. « L’année dernière, on jouait l’Europe. Le match face à Toulouse nous permettait de repasser devant Marseille à l’époque, je crois cinquième ». Cela dit, les classements peuvent se comparer entre le TFC et le FCGB, en ce qui concerne les défenses… « 6-6 en fin de match… (sourire). Quand on a joué Nice à domicile, on avait la quatrième meilleure attaque, Nice la troisième, donc on s’attendait à beaucoup de buts et ça a accouché d’un 0-0…  Il va y avoir la volonté des deux équipes de gagner le match. Toulouse pour espérer, et Bordeaux pour… espérer. Quoi ? Prendre des points (rires) ».

 

Il faudra cela dit être plus réaliste, ce qui a manquait lors des dernières rencontres. « Il manquait un peu d’esprit de tueur, comme contre Nice. Des situations offensives, on en a quand même pas mal, on arrive à développer du jeu, à se projeter, à trouver des situations dans la surface adverse intéressante… Il faut qu’on ait un peu plus d’envie, de force, d’esprit de vainqueur ».

 

Une saison difficile, pas galère, mais l’entraineur bordelais veut y voir le positif. « Cette saison est difficile mais c’est bien. Quand un jeune joueur est dans sa deuxième année professionnelle, il a aussi des moments difficiles, il est aussi dans la recherche de progression. Un entraineur qui est dans sa deuxième année professionnelle, c’est pareil. Il utilise les difficultés pour progresser et pour se remettre en question, se poser des questions… Les difficultés servent à ça ».

 

Enfin, interrogé sur les absences d’Abdou Traoré ou encore Vieira Jussiê dans le groupe. « C’est la concurrence. Pour une fois qu’on peut se permettre de faire des choix (rires). On est dans la dernière ligne droite donc prime à la performance individuelle ».

 

GirondinsTV

Retranscription Girondins4ever