• Non classé

Huard : « Bordeaux n’a jamais aimé qu’on critique, qu’on dise les choses… »

Jean-Louis Triaud, Gaëtan Huard, Place de la République avec les anciens joueurs (40)

 

Gaëtan Huard, présent sur Twitter, observe les tweets des supporters bordelais parfois très critiques envers le club et les joueurs. Cela dit, le consultant Gold FM estime que ces critiques, constructives et non insultantes, devraient être prises en compte. « Je le vois sur Twitter, il y en a beaucoup des entraineurs, mais il n’y en a pas beaucoup qui aimeraient être à la place de l’entraineur et du staff aujourd’hui pour composer l’équipe. Le point positif des réseaux sociaux et des supporters qui sont mécontents, c’est bien, c’est quelque chose qu’on n’avait pas trop par le passé. Ils ont le droit en tant que supporters du club, dans la tolérance et le vocabulaire propres, de dire les choses. C’est bien parce que ça met de la pression. Bordeaux est une ville extraordinaire, d’un confort extraordinaire, d’une vie extraordinaire : le club est aussi à l’image de cela. Mais quand vous voulez prétendre aux places européennes et au podium, il faut se faire violence. Ça fait aussi du bien, ça pique un peu. Mais sans débordements, j’en ai vu quelques-uns qui sont plutôt insultants, ça ce n’est pas constructif. Aujourd’hui, je demande à ce qu’il soutienne l’équipe par rapport à la jeunesse de celle-ci, parce que certainement, dans un futur proche, ce sera peut-être une équipe comme Lyon aujourd’hui avec des joueurs potentiellement capables de jouer le podium ».

 

Il rappelle qu’à Bordeaux, on n’aime pas trop la critique. « Bordeaux n’a jamais aimé qu’on critique, qu’on dise les choses, on veut toujours rester dans le feutré. Mais si on veut être dans l’élite et le plus haut possible, à un moment donné, il faut accepter les critiques constructives, propres et objectives. Ça fait partie de la vie d’un club, de la pression d’un club. Les gens qui payent 40-50€ et même 10€ pour aller au stade, ils sont fidèles et attendent un peu plus. Ils travaillent, ils triment, ils se privent peut-être d’autre chose comme d’un restau, pour aller au stade avec leur femme et leurs enfants au stade. C’est important aussi de leur apporter ce qu’ils viennent chercher ».

Gold FM

Retranscription Girondins4ever