• Non classé

Trésor : « Aimé Jacquet, il avait une équipe type, et n’avait pas cet effectif »

Photo Icon Sport

Photo Icon Sport

 

Marius Trésor ne s’est pas montré optimiste pour la fin de saison de l’équipe professionnelle. « Il manque ce petit truc pour aller plus haut. Pour qu’une équipe soit performante, il faut qu’on joue tous en même temps, au même moment. Quand tu as deux garçons sur lesquels tu comptes et qui ne répondent pas présent, ça crée un décalage. Quand tu vois le match de Reims, tu vois Rolan, tu te demandes s’il était présent… ».

 

Pour lui, il faut retrouver une assise défensive mais l’absence de cadres dans ce domaine n’en est pas la cause. « Si tu n’as pas une assise solide, tu ne peux pas exister. Mais désolé, on a pris des buts avec Nicolas Pallois, Cédric Carrasso, etc. Ils étaient là à Nice, contre Caen. Il ne faut pas tout mettre sur les jeunes gardiens, ce n’est pas eux. Une défense doit se montrer plus solide, plus costaude, que celle qu’on a ». Ni sur la jeunesse. « La jeunesse de l’équipe ne veut rien dire, parfois quand tu les vois sur le terrain c’est eux qui entrainent l’équipe vers le haut. Pourtant, ils sont jeunes… Il y a un problème quelque part, mais pour l’instant on ne l’a pas trouvé ».

 

Il faut en tout cas un onze type, réclamé depuis des mois par Philippe Fargeon. « Aimé Jacquet, il avait une équipe type, et à cette époque là Bordeaux était quand même une des meilleures équipes française. Bordeaux jouait la Coupe d’Europe et allait aussi très loin en Europe. Mémé, il avait son équipe type qu’il ne changeait que s’il avait un blessé ou un suspendu. Il n’avait pas onze blessés, c’est vrai, mais il n’avait pas l’effectif qu’on a maintenant, de 28-30 pros. Il y avait 17-18 pros, et les jeunes que tu allais chercher en réserve. C’est vrai que les temps ont changé, mais pratiquement toutes les grosses équipes européennes ont une ossature qui bouge très peu ».

 

Gold FM

Retranscription Girondins4ever