• Non classé

Carrasso : « On n’a pas le droit de se comporter comme ça »

 

 

Le portier des Girondins, Cédric Carrasso, a livré son analyse dans les colonnes de Sud-Ouest. Pour lui, les joueurs ont complètement lâché ce match contre Caen et il parle même d’une rechute… : « Oui c’est une rechute, il faut être réaliste. Ce fut une catastrophe. Quand on voit un match comme ça, ça fait réagir. Ça va loin. Il y a eu un abandon total pendant tout le match et ça, c’est inacceptable de notre part. On peut perdre des matches de différentes façons mais, comme ce soir, c’est abdiquer sur plein de choses. Aujourd’hui, la seule chose que l’on peut dire, c’est qu’il faut réagir en tant que professionnel. Quand je vois comment on baisse les bras, je dis qu’on n’a pas le droit. Le foot, ça ne peut pas toujours marcher mais on ne peut pas lâcher le match comme ça. A un moment donné, ceux qui n’y arrivent pas, se doivent d’être honnêtes, de se prendre un peu plus en main. C’est vrai qu’on a vu une équipe qui était perdue du début à la fin […] On ne peut pas tout mettre sur la tête, sur le physique, sur x ou y raisons. Je vois les choses d’une façon globale. Là, on est à chaud, c’est difficile à analyser. De mon poste, j’avais la sensation que ça arrivait de tous les côtés et que l’on pouvait faire ce que l’on voulait, à un moment ou un autre, cela allait rentrer. Ça c’est difficile ».

 

Est-ce que c’est une chance de pouvoir rebondir dès mercredi lors du déplacement à Bastia ? : « Je ne sais pas si c’est une chance. Il ne faut pas prendre cela comme une chance mais comme un devoir. On n’a pas fait notre devoir au niveau de l’état d’esprit, par rapport au respect du club et des supporters. On n’a pas le droit de se comporter comme ça. Le match dans trois jours, c’est tout simplement un match dans lequel il faut montrer autre chose. Il y en aura un dans six jours et ainsi de suite. Jusqu’à la trêve, il va falloir s’accrocher, même si c’est difficile. Et l’on pourra alors se poser les bonnes questions… »

 

Retrouvez l’intégralité de cette interview sur Sud-Ouest !